Et ce n'est pas fini

Suivre ses envies

Tant que vous n’êtes pas satisfait de qui vous êtes, vous ne serez jamais satisfait de ce que vous avez.

Deuxième mois de relation avec Monsieur Simplicité et un travail sur moi avec mon psy, où en suis-je dorénavant ?

J’arrive à contrôler ma dépendance et je parviens à vivre pour moi. La thérapie me fait changer. Jour après jour, je m’aperçois d’évolution dans mon comportement.

Grâce à la thérapie, je suis parvenue à être la même que célibataire. C’est-à-dire indépendante ! Au lieu de m’inquiéter sur ma « relation », je parviens à refréner mes pensées et à m’occuper d’autres choses plus bénéfique pour moi.

b32b10f7db6c8dcb7ca0bd063b80ab58

Durant ce mois : Je me suis surprise à refuser une soirée Netflix avec Monsieur Simplicité préférant aller voir mes amis. Je me suis étonnée de ce bien-être lorsqu’il repars de chez moi après avoir est partagé un bon moment avec lui. J’ai préféré une nuit seule et réparatrice plutôt qu’une nuit avec lui. […] Je me sens en accord avec mes envies et mes besoins.

Avant que je comprenne que je suis une dépendante affective, j’aurais par exemple – accepter la soirée Netflix avec Monsieur Simplicité au lieu d’aller voir mes amis comme je le souhaitais. Il n’y aurait pas eu de compromis – comme par exemple le retrouver après – car je me serais totalement plié au vouloir de mon partenaire. Ce qui aurait provoqué une frustration en moi et m’aurait donc rendu désagréable et insatisfaite. Si j’avais tenté de refuser, j’aurais culpabilisé en pensant à lui seul. Je n’aurais pas pu profiter de ma soirée, car je m’en serais voulu. Cette explication que je viens de vous retranscrire à l’instant est une discussion que j’ai eu avec mon psy. Alors que je lui explique me battre entre insatisfaction et culpabilité, je vois ses yeux s’agrandir. Je commence à connaitre mon psy. Cette expression sur son visage signifie qu’il est en désaccord avec ce que je viens de dire. Comme à mon habitude, je cesse de parler et réfléchis à ce qui cloche dans mon comportement. Comme à son habitude, mon psy reste silencieux et m’observe. Dans ces moments-là, il est capable de me laisser me dépêtrer dans mes réflexions pendant de longues minutes. Après cette phase de réflexion et de silence, il me demande : « et vous – si vous étiez célibataire, vous feriez quoi ? ». La réponse est évidente : j’ai envie de sortir, j’aurais donc été voir mes amis. Mon psy m’observe à nouveau et dans ma tête, je ne cesse pas de me demandé pourquoi je ne parviens pas à suivre mes envies lorsque je fréquente un homme.

7a4310a44c2adcf406e3ffa7caa8136b

C’est alors que mon psy va me parler à nouveau de la dépendance affective. Le dépendant va à l’encontre de ses envies et se plie à celle de son partenaire, car il recherche l’amour, l’affection et l’approbation de ce dernier. Il est donc impossible pour un dépendant de faire preuve d’égoïsme – si petite soit-elle. Il fait ce qu’il pense qu’on attend de lui. Le problème, c’est que le dépendant après s’être plié, s’attend toujours à une dose d’amour et d’attention énorme – (Je me suis plié, je ne fais pas ce que je souhaite, mais alors pourquoi ne me donne-t-il pas plus d’importance) – Il est impossible que quelqu’un puisse donner autant d’importance que le dépendant souhaite, même en faisant le plus efforts possible, car le dépendant en souhaitera toujours davantage. Comme des pièces d’un puzzle qui se mettrais en place dans ma tête, je suis totalement d’accord. Si je me serais plié à son envie, cela n’aurait eu que pour but de lui faire plaisir et qu’il m’accorde plus d’importance encore. Je sais que la soirée se serait soldé par une insatisfaction pour moi, car le vide que je tente de combler avec ce que me donne Monsieur Simplicité aurait toujours été présent en moi après ce moment partagé. Un dépendant affectif restera toujours un dépendant affectif. Le vide qu’il a en lui est une faille. Même avec un travail acharné, cette faille sera toujours là. Mais, il est tout de même possible d’identifier ce manque et de ne pas laisser ce vide contrôler notre comportement. Actuellement, je ne réagis plus instinctivement, impulsivement – je prend le temps de réfléchir à mon comportement. Je relativise la situation.

896abde2e6ba6f9e9d87eccad3df2394

Durant ce deuxième mois avec Monsieur Simplicité, j’ai donc – appris à toujours être indépendante, à m’écouter et suivre mes envies, à oser dire non, à parvenir à faire des compromis. Mais j’ai surtout appris à être moi !

Publicités

3 réflexions au sujet de “Suivre ses envies”

  1. Ça me rappelle ma propre thérapie. C’est une très belle leçon à apprendre. Faire la différence entre nos failles qu’on cherche à combler et nos véritables envie. La différence entre nos cicatrices et nous même. C’est un travail de longue haleine mais tellement important. Je suis heureuse pour toi. Continue à prendre soin de toi. C’est le plus beau cadeau que tu puisses te faire.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s